2021-10-01

Votre homme pour une chaussure de ski parfaite

Il a étudié la réadaptation sportive, travaillé en tant que spécialiste du bootfitting dans les meilleures adresses à Londres et à Zermatt et a compté parmi ses clients des champions de ski. Cela fait maintenant deux ans qu’il travaille pour Stöckli et, avec son équipe, il trouve quotidiennement les chaussures de ski parfaites pour ses clients. Max est spécialiste du bootfitting chez Stöckli et directeur adjoint de la succursale de Cham.

Votre homme pour une chaussure de ski parfaite

«Mon travail de bootfitter commence en fait par l’accueil du client dès son arrivée dans la succursale Stöckli. La poignée de main me dit beaucoup sur la personne qui se trouve en face de moi et c’est au plus tard lorsque nous nous rendons vers la station de bootfitting que j’obtiens davantage d’informations importantes pour mon travail. La démarche et la posture du client sont révélatrices», explique Max, qui, en tant qu’expert en réadaptation sportive et spécialiste du bootfitting, associe l’anatomie du corps aux exigences liées à la chaussure de ski.

Mais pourquoi le boofitting des chaussures de ski est-il si important? Une chaussure de ski n’est pas «seulement» une chaussure de ski. Telle ou telle chaussure de ski ne convient pas à n’importe qui, «Pour trouver la bonne chaussure de ski, une multitude de facteurs entrent en ligne de compte, à savoir longueur, largeur, hauteur et flex (rigidité). Chez la personne, ce sont la posture, la taille, la longueur des jambes et du torse, les éventuels antécédents ou blessures ainsi que la répartition de la pression dans les pieds qui jouent un rôle crucial lors du choix.»

Même une ancienne blessure à l’épaule peut avoir un impact sur la répartition de la pression dans les pieds et, par conséquent, sur le ski. Il est possible qu’un côté du corps soit plus faible à cause de la blessure à l’épaule, peut-être est-il légèrement tordu, peut-être est-il légèrement déformé. En fin de compte, cela peut expliquer pourquoi, par exemple, un virage à gauche est plus faible lors d’une descente.

Les facteurs qui jouent un rôle sont donc en partie mineurs, mais ils peuvent avoir une grande influence sur la chaussure de ski. Et c’est là que le rôle de Max est fondamental. Il doit pouvoir déchiffrer le corps du client, l’interpréter correctement et le comprendre. La stratégie de Max consiste à se donner du temps, à approcher chaque client individuellement. L’analyser, le scanner et l’appréhender. «Voilà pourquoi il est si important de fixer un rendez-vous pour le bootfitting. Je dois avoir suffisamment de temps pour répondre aux besoins individuels.»

Analyser, voir, comprendre. Qu’est-ce que cela signifie? Analyse à l’œil nu et avec le scanner bootfitting de Sidas. Voir et comprendre par le biais du dialogue avec le client ainsi qu’avec l’expérience et le savoir-faire.

Lorsque Max a rendez-vous avec un client pour un bootfitting, il prend d’abord une photo 3D de ses jambes et de ses pieds avec le scanner bootfitting de Sidas. Il obtient ainsi toutes les informations nécessaires telles que la largeur, la longueur, la hauteur du cou-de-pied, la circonférence du mollet et la répartition de la pression. Ces chiffres clés fournissent ensuite des éléments sur les problèmes pouvant survenir et les chaussures de ski à envisager ou non.

 

«Chez nous, chaque chaussure trouve son pied.»

Max utilise donc les résultats du scanner de bootfitting et son savoir-faire pour sélectionner les chaussures de ski adaptées au client. Un élément à retenir: «Le bootfitting est un traitement exclusif. C’est un processus, une expérience. La vente n’est pas le facteur primordial. Une fois trouvée la chaussure de ski adaptée, il y a encore beaucoup à faire sur la chaussure elle-même. Nous pouvons assembler des semelles individuelles, fraiser, ajuster, remodeler, déplacer les boucles et appliquer de la mousse. En principe, tout est possible. Chez nous, chaque chaussure trouve son pied.»

Divers cas extrêmes où Max a dû trouver une solution illustrent bien cette affirmation. Des pieds de longueurs différentes – et nous ne parlons pas ici d’un ou deux millimètres, mais d’une taille 42 à gauche et d’une taille 46 à droite –, des prothèses, une absence de sensation dans les pieds, des tibias manquants ou des orteils cassés ne sont que quelques exemples. «Ce que j’aime le plus dans mon travail, c’est que je peux aider les gens, quel que soit leur parcours, quelles que soient leurs exigences. C’est exactement la raison d’être de mon travail ou du bootfitting. Je peux faire la différence et répondre individuellement à mes clients. Et oui, en fin de compte, je n’ai pas mentionné un point important, voire décisif: plus la chaussure de ski est bien ajustée, meilleure est la transmission de la force au ski, meilleures sont les performances, plus grand est le confort et plus il est amusant de skier. Car c’est bien ce dont il s’agit, l’expérience, le plaisir de la glisse.»

En plus de trouver la chaussure de ski parfaite pour ses clients, Max a une autre tâche importante: former des spécialistes du bootfitting. Cette activité se déroule d’une part à l’interne pour les spécialistes du bootfitting dans les succursales Stöckli. À cette fin, Max a élaboré son propre programme de formation, qui permet aux professionnels comme au personnel moins formé de progresser étape par étape. À l’externe, Max est formateur en bootfitting pour Sidas Suisse. Il dirige une fois par an un programme d’entraînement approuvé par l’ASMAS au profit de différents magasins de sport suisses. Il est également membre du Salomon Blue Circle fréquenté uniquement par les vingt meilleurs bootfitters du monde. Ceux-ci contribuent au développement continu des chaussures de ski Salomon.

De nombreuses responsabilités et tâches, donc. Mais Max ne boude pas son plaisir: «J’aime non seulement aider nos clients, mais aussi mon équipe. C’est ma deuxième famille, mon deuxième foyer. Chaque jour, nous avons tous un objectif commun: trouver la chaussure de ski qui conviendra à la perfection à nos clientes et nos clients. Totalement individuelle, elle répondra, à leurs besoins et à leurs exigences.»

 

 

 

Plus de News

Toutes les News
06/12/2021

Des pistes de la coupe du monde à Saint-Légier

Sa succursale: 1200 m2, son équipe: 15 collaborateurs et collaboratrices, ses tâches: à peu près tout. Louis Monney, hôte, gérant et responsable du service course de la succursale Stöckli de Saint-Légier depuis 21 ans. Avant cela: entraîneur principal de plusieurs disciplines au sein de l’équipe nationale masculine de ski chez Swiss-Ski.

En savoir plus
06/12/2021

Marco Odermatt revient en Europe en leader

Une victoire et une deuxième place – la récolte de Marco Odermatt à Beaver Creek a été belle. Le Nidwaldien revient en Europe en occupant la tête du classement général de la Coupe du monde.

En savoir plus