2023-02-16

Qu’est-ce qui compte dans le domaine des chaussures de ski?

ENTRETIEN AVEC L’EXPERT EN CHAUSSURES DE SKI D’ALINE DANIOTH, ANDREA ELLENBERGER ET COMPAGNIE

Qu’est-ce qui compte dans le domaine des chaussures de ski?

On l’entend souvent: les chaussures de ski sont presque aussi importantes que les skis quand on aborde le matériel des athlètes. Mais qu’est-ce que les chaussures de course ont de si spécial par rapport aux chaussures de ski normales? Max est bien placé pour en parler, car chez lui, presque toute la journée est consacrée aux chaussures de ski. Il est spécialiste en bootfitting chez Stöckli depuis trois ans et s’occupe également de plusieurs de nos athlètes. Il nous fournit un regard passionnant sur l’univers des chaussures de course.

Quelle est la différence entre une chaussure de course et une chaussure de ski normale?
Une chaussure de compétition est en règle générale plus rigide et dotée d’une forme plus étroite. Nous parlons ici d’une largeur de chaussant de 91 à 93 mm, par rapport aux 98 mm et plus des modèles traditionnels. Ceci est important pour une transmission plus directe de l’énergie et pour résister aux forces exercées. De plus, la chaussure est fabriquée d’un seul tenant et présente d’autres angles, par exemple en ce qui concerne l’inclinaison vers l’avant ou vers l’intérieur et l’extérieur. Généralement, le chausson est aussi lacé séparément et est bien plus fin. Cela garantit des impulsions plus directes des pieds vers les skis.

En quoi le réglage des chaussures de course est-il différent du bootfitting traditionnel?
Comme la coque d’une chaussure de course est plus épaisse en raison de la proportion plus élevée de PU, les adaptations se font plus par fraisage, et moins par déformation ou élargissement. Cela permet de maintenir la chaussure étroite, afin de ne pas compromettre les angles de prise de carre. Le canting, c’est-à-dire l’inclinaison vers l’intérieur ou l’extérieur, revêt également une grande importance et doit être réglé avec précision. Cela permet d’adapter l’agressivité des réglages en accord avec les besoins des athlètes. Et il ne faut pas non plus oublier la semelle intérieure. Selon la discipline et les particularités physiques de l’athlète, elle se compose de différents matériaux afin de former un lien parfait entre le corps et le ski.

Les défis dans ce domaine semblent particulièrement complexes…
Je dirais plutôt qu’ils sont passionnants et excitants. Les chaussures de course doivent en effet être extrêmement précises, et cela pas seulement dans le sens où elles doivent être parfaitement adaptées à l’athlète. Il existe aussi certaines règles à respecter. Par exemple, la hauteur entre le talon et la semelle de la chaussure ne doit pas dépasser 43 mm. Et là, on essaie bien sûr toujours de s’approcher au maximum des limites autorisées. Nous avons de quoi mesurer chaque chaussure avec une grande précision pour y parvenir, car le canting, les plaques de réglage sous la chaussure ou la semelle intérieure peuvent avoir une influence sur la hauteur.

Combien de temps dure une séance de bootfitting avec un ou une athlète?
C’est très variable, il y a parfois très peu d’ajustements à faire et la séance se termine déjà après deux heures. Mais il faut parfois aussi pratiquement démonter et réassembler la chaussure, effectuer une injection avec de la mousse et façonner une semelle intérieure spéciale. On peut alors passer jusqu’à deux jours sur une paire de chaussures de ski.

Et les athlètes n’ont généralement pas «qu’une seule» paire de chaussures de ski, n’est-ce pas?
C’est vrai, et ils testent parfois de nouvelles configurations pendant la saison. L’athlète peut alors avoir plus que les deux paires de chaussures habituelles. Une différence de 0,25 degré au niveau du canting peut déjà avoir une influence notable. Ou par exemple des duretés de coque différentes pour des températures plus chaudes ou plus froides. Et le nombre de paires dépend bien sûr aussi du nombre de disciplines pratiquées par l’athlète. Une chose est donc sûre, je ne m’ennuie jamais dans mon travail.

Plus de News

Toutes les News
21/02/2024

À deux centièmes de seconde du premier globe de cristal

Quatre globes de cristal tendent les bras à Marco Odermatt. À Kvitfjell, il lui a manqué deux minuscules centièmes de seconde pour déjà remporter le globe du super-G. De son côté, Lars Rösti a récolté ses premiers points de Coupe du monde dans la discipline.

En savoir plus
13/02/2024

Victoires en série pour Odermatt et Thompson

Marco Odermatt a poursuivi son incroyable série à Bansko samedi passé en remportant sa dixième victoire de la saison en Coupe du monde. Et les nouvelles sont aussi très réjouissantes en skicross, avec entre autres les magnifiques résultats de la Canadienne Marielle Thompson.

En savoir plus