2019-10-23

STÖCKLI EST PRET POUR LA NOUVELLE SAISON D’HIVER

La Coupe du monde de ski alpin reprend les 26 et 27 octobre 2019 avec le tradition-nel slalom géant de Sölden (AUT), disputé sur le glacier du Rettenbach. L’équipe technique Stöckli et les athlètes de la marque inscrits au départ sont prêts pour cette échéance, tandis que les autres attendent les prochaines courses pour se lan-cer.

STÖCKLI EST PRET POUR LA NOUVELLE SAISON D’HIVER

Trois femmes et un homme: si elle est plutôt de taille réduite, l’équipe représentant la marque Stöckli à l’ouverture de la Coupe du monde à Sölden ne manque cependant pas de qualités. De manière plus générale, le fabricant suisse de skis dispose pour l’hiver 2019/20 d’un team d’athlètes particulièrement dense et riche en talents, tant dans les disciplines du ski alpin qu’en skicross.

Stöckli sera au départ de la première course de Coupe du monde masculine de la saison avec son fer de lance Marco Odermatt. Le Nidwaldien de 22 ans a vécu un exercice 2018/19 très prometteur, avec deux podiums en slalom géant de Coupe du monde, de très bon augure pour la suite. Derrière le duo Henrik Kristoffersen (NOR)/Alexis Pinturault (FRA), de nombreux experts voient Marco Odermatt comme un des principaux outsiders de la discipline aux côtés de Dominik Paris (ITA) et quelques autres athlètes. Mais le skieur suisse n’en perd pas son calme et sa lucidité pour autant: «Les gens croient en moi et cela renforce encore la confiance en mes moyens. Je sais ce dont je suis capable et quels sont mes objectifs, et c’est dans cet état d’esprit que je débute ma saison», affirme le sextuple champion du monde junior.

Marco Odermatt n’est pas le seul à se réjouir de cette nouvelle ronde qui commence. «Les athlètes de notre équipe se sont bien entrainés et sont en forme», témoigne Beni Matti, le chef de course du team Stöckli. Seules manquent à l’appel Noémie Kolly, qui s’est déchiré les ligaments croisés du genou droit lors d’un entrainement sur glacier au mois d’août, et l’Américaine Laurenne Ross, qui a souffert d’une blessure lors du Super-G des championnats du monde disputés en février à Are. Laurenne a opté pour une pause durant l’hiver 2019/20, ce qui devrait lui permettre de retrouver tous ses moyens pour la suite. La championne du monde de descente Ilka Stuhec a quant à elle repris l’entrainement sur la neige à la fin août après sa blessure aux ligaments croisés. La Slovène de 28 ans est à nouveau au top physiquement, mais doit encore travailler son rythme et sa confiance pour retrouver sa forme des championnats du monde et se montrer vraiment rapide en course, dans des conditions plus difficiles également – par mauvaise visibilité par exemple. Il lui reste néanmoins suffisamment de temps pour bien se préparer et retrouver l’assurance nécessaire en vue des premières épreuves de vitesse, qui se dérouleront sur le continent américain en décembre.

La situation est différente pour Viktoria Rebensburg. La médaillée d’or olympique de 2010 et médaillée d’argent aux championnats du monde de Beaver Creek en 2015 et d’Are en 2019 souhaite se joindre à la lutte pour la conquête du petit globe de cristal en slalom géant. La skieuse allemande de 30 ans espère en outre mettre en avant ses spatules en descente et en Super-G, sans pour autant porter préjudice à ses performances: «Nous devrons étudier chaque situation et déterminer à quels moments effectuer des pauses, aussi pour réaliser des tests de skis si nécessaire», déclare Viktoria Rebensburg à propos de sa saison à venir. Deux Suissesses seront dans le portillon de départ à Sölden, skis Stöckli aux pieds: Andrea Ellenberger, qui a retrouvé les cadres de Swiss-Ski après avoir suivi une voie solitaire durant quelques années, et Jasmina Suter, la championne du monde junior de 2016 en slalom géant.

Les athlètes Stöckli au départ à Sölden

Femmes: Viktoria Rebensburg (ALL), Andrea Ellenberger (SUI), Jasmina Suter (SUI).– Hommes: Marco Odermatt (SUI).

Plus de News

Toutes les News
31/05/2022

ELLE A TOUJOURS LE DERNIER MOT

Une fois que les skis sont poncés, mis en paires et rectifiés, ils sont prêts à partir sur les pistes… ou en tout cas on pourrait le penser. Mais les choses ne se passent pas exactement de cette manière. Avant d’être libérés, les skis sont examinés encore une fois à la loupe et les dernières étapes de la production sont effectuées. C’est Vreni Wobmann, 51 ans, responsable de l’équipe de contrôle de la qualité, qui a le dernier mot.

En savoir plus
04/05/2022

LES DEUX FONT LA PAIRE

Il a déjà uni des milliers de couples et leur nombre augmente chaque jour. Il ne s’agit pas ici d’un célébrant de mariage ou d’un thérapeute de couple, mais de Thomas Hänsli, 42 ans, qui est chargé chez Stöckli de trouver à chaque ski son jumeau.

En savoir plus