2023-12-11

Marco Odermatt: comme s’il n’y avait pas eu trois saisons entre les deux

L’hiver 2023/24 a enfin démarré pour les athlètes de Stöckli, avec de jolis succès à la clé.

Marco Odermatt: comme s’il n’y avait pas eu trois saisons entre les deux

Pas loin de neuf mois se sont écoulés entre le 18 mars 2023 et le 9 décembre 2023. Et pourtant, lors du lancement (tardif) de la saison 2023/24 à Val d’Isère, Marco Odermatt a repris le fil là où il l’avait laissé à la fin de la saison de slalom géant 2022/23 à Soldeu, c’est-à-dire à la tête du classement de la discipline. Il s’agit de sa 24e victoire en Coupe du monde, la 15e en slalom géant et la troisième consécutive sur la très difficile Face de Bellevarde. Marco a dû pour cela prendre des risques et faire preuve de talent et d’habileté tactique. Le Nidwaldien n’a pas en effet pas réalisé un sans-faute, mais a malgré tout affiché une incroyable maitrise.

Odermatt est capable de produire de la vitesse même en commettant des erreurs. Une façon de skier qui le mène au succès, lui qui a toujours terminé sur le podium lors de ses 20 derniers slaloms géants, Coupe du monde, championnats du monde et Jeux olympiques confondus. Il se présentait pour la 15e fois en tête au départ de la deuxième manche d’un slalom géant en Coupe du monde et a gagné la course pour la 13e fois, prouvant ainsi sa domination totale dans la discipline de base du ski alpin.

«C’était incroyablement difficile. Je me suis fait une petite frayeur sur le haut, à la quatrième porte, et j’ai ensuite commis deux ou trois petites erreurs. C’est seulement à partir du milieu de la deuxième manche, où il était plus facile de relancer, que j’ai vraiment réussi à bien skier», analysait Odermatt à la télévision suisse. Satisfait de sa préparation d’avant-saison et de sa première manche disputée à Sölden, avant l’interruption de l’épreuve, le skieur de Suisse centrale a toutefois remarqué qu’il lui manquait encore quelque chose. Les circonstances ne lui ont cependant pas permis d’effectuer les ajustements nécessaires. «Les deux derniers jours d’entrainement ont donc été cruciaux, j’ai pu reprendre confiance et je suis maintenant très heureux que cela ait fonctionné.»

Odermatt n’est cependant pas le seul athlète Stöckli à quitter la France avec des points dans ses bagages. Le citoyen de l’Oberland bernois Sandro Zurbrügg, qui prenait le départ en Coupe du monde pour la première fois, s’est classé à une magnifique 17e place. «Je n’étais pas trop nerveux au départ, même s’il s’agissait de ma première course à ce niveau, mais la tension a quand même augmenté avant la deuxième manche», expliquait le jeune homme de 21 ans. «La première manche était difficile, j’ai simplement essayé de garder la meilleure ligne possible. Et lors du deuxième passage, je n’avais pas pour objectif de juste descendre et terminer trentième. Mais je n’ai pas pris tous les risques non plus et ça a payé.» Outre Odermatt et Zurbrügg, Rasmus Windingstad (18e) et Thomas Tumler (20e) ont également marqué des points de Coupe du monde.

La Coupe d’Europe a également pris son envol ce week-end. Janine Schmitt et Marco Fischbacher ont chacun conquis une troisième place en slalom géant à Zinal, et Nicole Good s’est classée au même rang lors d’un slalom à Mayrhofen (AUT).

Le lancement de la Coupe du monde de skicross à Val Thorens (FRA) a été assez mouvementé. Une séance de qualification largement influencée par la météo lors de la première course masculine a donné lieu à une liste de départ totalement inattendue pour les manches à élimination directe. Le skieur de l’Oberland bernois Gil Martin s’est qualifié pour la petite finale, une grande première dans sa carrière en Coupe du monde. Martin s’est ensuite assuré la 7e place derrière deux Autrichiens. Lors de la deuxième course, Tobias Baur (5e) et Jonas Lenherr (10e) ont obtenu deux résultats de haut niveau pour Stöckli.

Chez les femmes, la première victoire en Coupe du monde de Daniela Maier a bien entendu marqué les esprits. Encore neuvième jeudi, l’Allemande s’est arrachée le vendredi et n’a pas seulement tenu à distance Sandra Naeslund, grande dominatrice de la scène du skicross, mais également toutes les autres favorites. Marielle Thompson (5e et 8e), Talina Gantenbein (6e) et Margaux Dumont (10e) ont terminé dans le top 10 de l’une ou l’autre course, voire dans les deux.

Plus de News

Toutes les News
21/02/2024

À deux centièmes de seconde du premier globe de cristal

Quatre globes de cristal tendent les bras à Marco Odermatt. À Kvitfjell, il lui a manqué deux minuscules centièmes de seconde pour déjà remporter le globe du super-G. De son côté, Lars Rösti a récolté ses premiers points de Coupe du monde dans la discipline.

En savoir plus
13/02/2024

Victoires en série pour Odermatt et Thompson

Marco Odermatt a poursuivi son incroyable série à Bansko samedi passé en remportant sa dixième victoire de la saison en Coupe du monde. Et les nouvelles sont aussi très réjouissantes en skicross, avec entre autres les magnifiques résultats de la Canadienne Marielle Thompson.

En savoir plus