2019-12-16

Marielle Thompson livre la marchandise

Le récent week-end de compétition n’a pas été des meilleurs pour Stöckli. La Canadienne Marielle Thompson a cependant livré la marchandise et signé une victoire en Coupe du monde de skicross à Montafon..

Marielle Thompson livre la marchandise

Fortes chutes de neige, vents tempétueux et brouillard intermittent n’ont pas facilité la vie des athlètes de skicross durant le week-end, en particulier le samedi. Mais la Canadienne Marielle Thompson ne s’en est pas émue pour autant. La championne du monde de skicross 2019 a su maitriser le parcours raccourci de Montafon (AUT) pour conquérir sa 22e victoire en Coupe du monde. Pour y arriver, la skieuse de 27 ans a su oublier l’épais brouillard qui enveloppait la piste. «Skier est naturel pour moi et je suis toujours prête, quelles que soient les conditions du moment. Il y avait vraiment beaucoup de brouillard en demi-finale et en finale, mais je connais bien cette piste et j’ai fait confiance à mes moyens, ce qui a payé.» La Suissesse Fanny Smith a pour sa part manqué la qualification pour la finale et a conclu l’épreuve au 7e rang.

En ski alpin, du côté des hommes à Val d’Isère, les conditions météo déplorables du samedi ont empêché la tenue du slalom géant inscrit au programme du week-end. Celui-ci est reporté à une date ultérieure, probablement en février, dans un lieu encore à déterminer.

Le programme des filles à St-Moritz a par contre pu être conduit dans son entier. En Super-G le samedi, Vicky Rebensburg a obtenu le meilleur résultat parmi les athlètes du team Stöckli. Mais en Engadine également les conditions météo n’étaient pas idéales et la skieuse allemande, à l’image d’autres athlètes, a souffert des fortes rafales latérales. «Nous n’avons pas d’influence sur la météo, mais ce n’est de toute façon pas de ça qu’il s’agissait», affirmait Rebensburg après la course. Sa performance n’a de loin pas été parfaite sur le tronçon intermédiaire, dans lequel la vainqueur du Super-G de Lake Louise n’a pas réussi à trouver le rythme. Pour le reste, Patrizia Dorsch (27e) a tiré son épingle du jeu et marqué quelques points de Coupe du monde, tandis qu’Ilka Stuhec (32e) et Michaela Wenig (éliminée) sont rentrées bredouilles à la maison.

Dans le premier slalom parallèle de la saison disputé le dimanche, c’est Aline Danioth qui a tiré les marrons du feu pour Stöckli. La skieuse d’Andermatt a été la seule Suissesse à passer le cap des seizièmes de finale, mais s’est heurtée à l’Italienne Federica Brignone en huitièmes de finale. Aline Danioth a tout de même trouvé l’épreuve et le public très «cool» et s’est montrée satisfaite de son attitude mentale pour surmonter les qualifications. Mais elle déclarait quand même après la course que «j’aurais bien aimé continuer encore quelques manches». Andrea Ellenberger et Carole Bissig n’ont de leur côté pas réussi à passer le cut des qualifications.

Plus de News

Toutes les News
31/05/2022

ELLE A TOUJOURS LE DERNIER MOT

Une fois que les skis sont poncés, mis en paires et rectifiés, ils sont prêts à partir sur les pistes… ou en tout cas on pourrait le penser. Mais les choses ne se passent pas exactement de cette manière. Avant d’être libérés, les skis sont examinés encore une fois à la loupe et les dernières étapes de la production sont effectuées. C’est Vreni Wobmann, 51 ans, responsable de l’équipe de contrôle de la qualité, qui a le dernier mot.

En savoir plus
04/05/2022

LES DEUX FONT LA PAIRE

Il a déjà uni des milliers de couples et leur nombre augmente chaque jour. Il ne s’agit pas ici d’un célébrant de mariage ou d’un thérapeute de couple, mais de Thomas Hänsli, 42 ans, qui est chargé chez Stöckli de trouver à chaque ski son jumeau.

En savoir plus