2020-12-07

SANS ELLE NOS SKIS SERAIENT BIEN TERNES

Les couleurs sont au centre de tous les intérêts ici: bleu, rouge, vert, jaune, blanc, noir, orange... où que l’on regarde, tout est coloré, y compris les parois, le sol et même les vêtements. Et bien entendu des surfaces de skis, en énormes quantités, avec les designs propres à chaque modèle. Certains skis sont déjà terminés, d’autres sont en phase de finition et d’autres encore sont «tout nus». D’innombrables modèles, jusqu’à 1'500 paires par semaine en période de pointe, reçoivent ici le design qui leur donne leur caractère propre. Nous sommes dans le secteur sérigraphie et c’est Tamara qui est responsable de celui-ci.

SANS ELLE NOS SKIS SERAIENT BIEN TERNES

Il existe une infinité de tons différents, on le constate en regardant les nombreux éventails de couleurs que Tamara a sur sa table. Le bleu, par exemple, n’est de loin pas toujours le même. L’un est plus violet, l’autre est plus verdâtre et le troisième est si sombre qu’on dirait presque du noir. Les différences sont parfois minimes entre les différents dégradés, et pourtant elles sont décisives pour le design d’un ski. En effet, toutes les couleurs ne sont pas forcément belles sur un ski, et encore moins sur la neige, et il faut donc bien choisir au moment de définir le design.

C’est là que Tamara entre en jeu. «Une de mes tâches consiste à rendre les choix de couleur et de design adaptés à la sérigraphie. Une des premières étapes est de trouver la bonne couleur pour un ski. Je mélange, je teste et je fais des essais, jusqu’à ce que je trouve les bonnes couleurs qui se marient le mieux entre elles et qui se rapprochent le plus possible du projet original.»

Rendre les choix de couleur et de design adaptés à la sérigraphie, cela signifie qu’il faut aussi travailler sur les skis des collections futures? «Oui, exactement. Nous sommes souvent déjà en train de travailler sur les dessins de skis qui ne seront pas sur le marché avant deux ans. Nous effectuons des essais, nous testons, évaluons différentes options. Mais nous sérigraphions aussi en même temps les modèles de skis actuels et ceux qui seront mis sur le marché l’année prochaine. Nous avons toujours environ trois collections complètes en route dans notre département, et nous pensons déjà à la quatrième.»

Cela prend du temps, car la sérigraphie signifie qu’il n’y a toujours qu’un seul écran par couleur. Ainsi, si un ski a cinq couleurs – et c’est souvent le cas –, cinq écrans différents sont nécessaires. «Par écran, il faut s’imaginer un pochoir placé sur la surface du ski et à travers lequel la couleur ne passe que par certains endroits prédéterminés. La couleur doit ensuite sécher avant de pouvoir appliquer la suivante. Il faut compter 24 heures par couleur», explique Tamara. Cela veut dire que pour une surface comprenant cinq couleurs, il faut un total de cinq jours pour conclure la sérigraphie.

C’est vraiment beaucoup de temps! «Oui», confirme Tamara, qui complète: «En fait, c’est encore beaucoup plus long si on inclut tout le processus de développement d’un design. Cela demande du temps et de la créativité. Mille idées se présentent durant la phase de création, et à la fin il faut en choisir une seule. J’essaye, je teste et, avec notre designer, j’imagine des couleurs, je bricole, j’apporte ma contribution. Une chose qui me plait vraiment, c’est donner du caractère au ski en apportant des nuances. On ressent quand même une certaine fierté quand un modèle est mis en vente et qu’on a soi-même contribué au choix d’une couleur ou d’un élément de design.»

Mais le travail de Tamara à la tête de la division sérigraphie ne se limite bien entendu pas uniquement à «essayer et tester». La planification des horaires de travail de son équipe, les entretiens avec le personnel, l’achat de couleurs, la création et le nettoyage des écrans, l’impression des surfaces, la coordination et l’échange avec le service graphique font partie des tâches de son cahier des charges. Tamara doit être créative tout en maintenant un œil sur le programme de production, elle doit être à la fois artiste et organisatrice. La tâche n’est donc pas facile, car si la partie créative exige du temps, la production demande elle de la quantité. Un dilemme pour la responsable du secteur.

Tamara déclare néanmoins: «Les choses se passent toujours bien en fin de compte. J’ai une excellente équipe et nous nous soutenons les uns les autres. Nous sommes solidaires, personne ne pense qu’à soi et cela nous aide énormément.» Et pourquoi cela fonctionne-t-il si bien? «Je pense qu’en tant que leader, on a beaucoup d’influence sur la façon dont une équipe fonctionne et sur la coopération au sein de celle-ci. Quand on s’efforce d’être soi-même, toute l’équipe fait de même. Je traite tout le monde comme j’aimerais être traitée, je pense que cette attitude est cruciale.»

En écoutant Tamara parler de son travail et de son équipe, on constate qu’elle est à l’aise, que les choses se passent bien. Et quand on commence à parler de couleurs, de designs et d’échantillons, elle rayonne carrément. On perçoit que les couleurs font partie de son univers, qu’elles sont sa passion. «Les couleurs m’ont toujours émerveillée. Cela fait six ans que je donne de la couleur aux skis Stöckli, mais dans le privé c’est toute ma vie que je peins. Il est donc difficile de croire que mon appartement est entièrement blanc, n’est-ce pas?», dit-elle en souriant, avant de s’asseoir à sa table et d’ouvrir un nuancier.

#BuiltForShePower

 

Built For She Power

Les nouveaux Skis Nela

La nouvelle gamme Nela, des skis testés par des femmes pour les femmes, légers, maniables, puissants et avec rocker en prime. Ces modèles au design original et dotés du She Power incarnent la force et l’élégance féminines, aussi bien sur piste qu’en poudreuse. Leur comportement dynamique, joueur et fluide séduira les amoureuses de belles courbes sur la neige. Les skis sont disponibles en trois largeurs différentes au patin.

en savoir plus

Plus de News

Toutes les News
31/05/2022

ELLE A TOUJOURS LE DERNIER MOT

Une fois que les skis sont poncés, mis en paires et rectifiés, ils sont prêts à partir sur les pistes… ou en tout cas on pourrait le penser. Mais les choses ne se passent pas exactement de cette manière. Avant d’être libérés, les skis sont examinés encore une fois à la loupe et les dernières étapes de la production sont effectuées. C’est Vreni Wobmann, 51 ans, responsable de l’équipe de contrôle de la qualité, qui a le dernier mot.

En savoir plus
04/05/2022

LES DEUX FONT LA PAIRE

Il a déjà uni des milliers de couples et leur nombre augmente chaque jour. Il ne s’agit pas ici d’un célébrant de mariage ou d’un thérapeute de couple, mais de Thomas Hänsli, 42 ans, qui est chargé chez Stöckli de trouver à chaque ski son jumeau.

En savoir plus