2020-01-27

Deux victoires en Coupe du monde et deux comebacks réussis

Daniel Bohnacker et Fanny Smith sur la plus haute marche du podium en skicross à Idre Fjäll, Marco Odermatt et Jasmine Flury de retour aux affaires en Coupe du monde de ski alpin.

Deux victoires en Coupe du monde et deux comebacks réussis

Quel week-end! La spécialiste du skicross Fanny Smith a fêté de la plus belle des manières sa 100e course de Coupe du monde, en remportant à Idre Fjäll (SUE) sa 22e victoire dans la discipline, qui est aussi sa 3e de la saison. Et elle a encore fait très fort 24 heures plus tard en terminant au second rang de la 2e course disputée dans la station suédoise. La skieuse vaudoise est en pleine forme et cela se voit sur la piste! «C’est incroyable, un 100e départ et une victoire pour marquer le coup. Le parcours était long et difficile et ce résultat me rend donc encore plus heureuse», affirmait Fanny après la course. À noter encore chez les femmes les places en finale et les bons résultats de Marielle Thompson (4e et 3e) et Sami Kennedy-Sim (6e et 7e).

 

Chez les hommes, l’athlète de 29 ans Daniel Bohnacker a fêté une victoire au goût particulier. Le skieur allemand a en effet patienté plus de 9 ans avant de conquérir sa deuxième victoire en Coupe du monde de skicross. «Je suis hyper content, la course était dure et je ne pensais vraiment pas gagner.» Le membre du team Stöckli ne s’était par contre pas qualifié pour la grande finale la veille, mais s’était imposé lors de la petite finale pour finir à une belle 5e place.

 

De bonnes nouvelles nous sont aussi parvenues des équipes de ski alpin. Tant Marco Odermatt que Jasmine Flury ont replongé dans l’univers de la Coupe du monde lors de ce week-end riche en événements. «L’intensité des efforts a été particulièrement élevée pour moi lors de ce week-end passé à Bansko», témoignait la skieuse grisonne, qui disputait ses premières courses après une longue pause due à une blessure au genou. «J’imaginais un comeback un peu moins ardu, mais je suis quand même satisfaite de mes performances et je suis simplement très heureuse d’être de retour sur le circuit.» Jasmine a récolté quelques précieux points de Coupe du monde en terminant 20e de la deuxième descente et 22e du Super-G. Son bilan du week-end est donc encourageant, surtout en considérant que la revenante a chuté lors de la première descente disputée le vendredi.

Ces courses de Bansko n’ont par contre pas vraiment souri à Viktoria Rebensburg. En terminant 18e et 16e dans les deux descentes puis 12e en Super-G, la skieuse allemande est restée très loin de ses objectifs: «Il faut que je décroche un peu, que je me régénère et que je fasse le nécessaire pour être en forme le week-end prochain».

 

Le retour en Coupe du monde de Marco Odermatt, d’une rapidité surprenante après sa blessure au ménisque, a suscité un immense intérêt de la part des médias à Kitzbühel. Le Nidwaldien ne s’en est pas ému pour autant et a «fait le job», en terminant 13e du Super-G auquel il a décidé de participer: «Je suis vraiment heureux, c’était cool de pouvoir de nouveau m’élancer au départ.» Le skieur du team Stöckli s’est senti très bien sur ses skis, même si une petite appréhension était évidemment présente lors de ce premier test «grandeur nature». «Si la course avait eu lieu un mois en arrière, avant ma blessure, j’aurais probablement skié de façon encore plus agressive dans certains passages», affirmait le jeune prodige suisse après la course.

Plus de News

Toutes les News
31/05/2022

ELLE A TOUJOURS LE DERNIER MOT

Une fois que les skis sont poncés, mis en paires et rectifiés, ils sont prêts à partir sur les pistes… ou en tout cas on pourrait le penser. Mais les choses ne se passent pas exactement de cette manière. Avant d’être libérés, les skis sont examinés encore une fois à la loupe et les dernières étapes de la production sont effectuées. C’est Vreni Wobmann, 51 ans, responsable de l’équipe de contrôle de la qualité, qui a le dernier mot.

En savoir plus
04/05/2022

LES DEUX FONT LA PAIRE

Il a déjà uni des milliers de couples et leur nombre augmente chaque jour. Il ne s’agit pas ici d’un célébrant de mariage ou d’un thérapeute de couple, mais de Thomas Hänsli, 42 ans, qui est chargé chez Stöckli de trouver à chaque ski son jumeau.

En savoir plus