2019-12-09

Trois succès, deux déceptions et une blessure

Trois victoires en Coupe du monde pour Stöckli en un seul week-end! Avec Viktoria Rebensburg, Marco Odermatt et Fanny Smith, la fabrique de skis de Malters a vu la victoire en trois dimensions. Quelques nouvelles moins réjouissantes ont par contre un peu terni le bilan général de cette tournée américaine.

Trois succès, deux déceptions et une blessure

Commençons par le positif. Le Nidwaldien Marco Odermatt, qui a déjà conquis le respect de nombreux spécialistes du milieu, est déjà sérieusement considéré comme futur candidat au grand globe de cristal. Dans ce contexte, l’athlète de 22 ans s’efforce de garder les pieds sur terre – ou plutôt sur la neige – et de skier le plus vite possible, ce qu’il a fait le 6 décembre 2019, date de sa première victoire en Coupe du monde. Son exploit a été signé en Super-G plutôt qu’en slalom géant, ce qui constitue une petite surprise sur la scène du cirque blanc. Loin d’être parfaite techniquement, sa descente a marqué les esprits par une prise de risque, un cœur et un engagement impressionnants, ce qui a d’ailleurs failli lui coûter très cher. «J’ai skié au-delà de mes limites, mais ça a quand même passé, presque par miracle», témoignait Marco Odermatt après la course. Concernant le passage où il s’est retrouvé à deux doigts de la chute, il explique: «C’est mon instinct qui m’a permis de m’en e sortir dans cette situation».

Après un résultat mitigé le samedi en descente – une 45e place toutefois importante dans son apprentissage de la discipline reine –, le skieur de Suisse centrale a vécu une grosse déception le dimanche en slalom géant. Son élimination dès la première manche lui a laissé un goût amer. Après avoir signé d’excellents temps intermédiaires, il est parti sur l’intérieur dans un virage à gauche et a manqué la porte suivante. «C’est une énorme déception, d’autant plus que je ne suis presque jamais sorti lors des entrainements durant la préparation de la saison. À Sölden ça a déjà été difficile et maintenant cette élimination», se lamentait l’athlète de Swiss-Ski.

L’humeur de Viktoria Rebensburg était par contre bien différente le même jour. La skieuse allemande a conquis sa 18e victoire en Coupe du monde à Lake Louise (CAN), sa quatrième dans la discipline du Super-G. «Je n’avais pas l’impression d’aller vraiment vite. La descente s’est déroulée de façon relativement tranquille, ce qui n’est en général pas un très bon signe en Super-G», déclarait l’athlète de 30 ans. Elle quitte la station canadienne avec dans ses bagages une victoire en Super-G ainsi qu’une 4e et une 9e place dans les descentes de vendredi et samedi, ce qui constitue une bonne moisson avant le retour en Europe, même si elle pense qu’elle aurait pu faire mieux dans la deuxième épreuve.

Les choses se sont par contre moins bien passées pour Michaela Wenig. Sa 23e place dans la première descente et son 25e chrono en Super-G n’ont pas vraiment comblé ses attentes, et la deuxième descente lui a même valu une élimination. La championne du monde de descente Ilka Stuhec a pour sa part obtenu des résultats encourageants dans la station canadienne. L’athlète slovène n’a pas encore retrouvé toute sa confiance après sa blessure au genou de la saison passée et il lui manque encore un petit quelque chose pour lui permettre d’attaquer à fond. Dans ce contexte, ses 17e, 21e et 20e rangs à l’occasion des trois courses constituent une relative satisfaction.

Cette tournée américaine ne s’est par contre pas bien terminée pour Jasmine Flury, qui s’est blessée lors d’un des entrainements de descente à Lake Louise. La skieuse grisonne est hors circuit pour une période indéterminée, même si aucune opération ne sera nécessaire. Elle souffre d’une compression osseuse à hauteur du plateau tibial externe et d’une déchirure du ligament croisé interne. La skieuse suisse rejoint ainsi Luana Flütsch, Christof Brandner, Nicole Good, Noémie Kolly et Laurenne Ross sur la liste des blessés au sein du team Stöckli. «Le diagnostic m’a choqué dans un premier temps, car je n’imaginais pas que quelque chose s’était rompu. Mais avec le recul je peux m’estimer heureuse, car cela aurait pu être bien plus grave», expliquait Jasmine Flury à l’occasion d’une interview.

Les spécialistes du skicross se sont quant à eux retrouvés ce week-end à Val Thorens pour l’ouverture de la Coupe du monde de la discipline. Et là aussi Stöckli a pour fouler la plus haute marche du podium. Lors de la deuxième épreuve disputée le samedi, Fanny Smith a conquis avec brio sa 20e victoire en Coupe du monde. «Seulement» 5e le vendredi en raison d’une grosse faute commise en demi-finale, qui lui a coûté la qualification pour la grande finale, la vaudoise de 27 ans, vainqueur de la Coupe du monde la saison passée, s’est imposée sans difficulté dans la petite finale. 

À noter également les nombreux résultats dans le top 10 des autres athlètes Stöckli au cours du week-end: India Sherret (4e/samedi), Marielle Thompson (4e/vendredi; 9e/samedi), Jonas Lenherr (8e/samedi), Sanna Lüdi (9e/vendredi), Chris Delbosco (9e/vendredi) et Sami Kennedy-Sim (10e/vendredi).

 

Plus de News

Toutes les News
12/10/2021

UN HOMME DE CŒUR

De la sciure sur le sol et une odeur typique indiquent clairement qu’ici, on travaille le bois. C’est bruyant, car les machines fonctionnent à plein régime. Devant la machine, extrêmement concentré, il prépare les laminés de bois pour la suite: Thomas Lötscher, 47 ans, opérateur sur machines et spécialiste des noyaux en bois.

En savoir plus
01/10/2021

Votre homme pour une chaussure de ski parfaite

Il a étudié la réadaptation sportive, travaillé en tant que spécialiste du bootfitting dans les meilleures adresses à Londres et à Zermatt et a compté parmi ses clients des champions de ski. Cela fait maintenant deux ans qu’il travaille pour Stöckli et, avec son équipe, il trouve quotidiennement les chaussures de ski parfaites pour ses clients. Max est spécialiste du bootfitting chez Stöckli et directeur adjoint de la succursale de Cham.

En savoir plus