2021-11-08

L'homme qui tutoyait la perfection

En le regardant travailler, on se rend vite compte que passion et précision vont de pair. Thömse vérifie encore et encore le réglage des machines, contrôle les bords et documente ses observations. Autrefois actif en Coupe du monde de ski, il est aujourd’hui chef du service des skis chez Stöckli.

L'homme qui tutoyait la perfection

 «Précis, correct et propre – peut-être un peu perfectionniste», c’est ainsi que se décrit Thömse, qui est en train de vérifier la valeur de l’eau. «Ces caractéristiques sont importantes et cruciales dans mon travail, car c’est la somme des petits détails qui garantit le service parfait d’un ski.»

Parfait? Mais un ski parfait, c’est quoi au juste? «Le service des skis est bien plus qu’un simple service, précise Thömse. Un nombre incroyable de paramètres doivent être pris en compte et harmonisés pour que les skis soient parfaits. Par exemple, la consistance de l’eau est un critère important, car elle influence la structure de la semelle et donc les propriétés de glisse du ski. La dureté de la pierre, la forme du diamant, le nombre de tours par minute, les newtons et la vitesse de meulage sont également d’autres facteurs importants et déterminants pour obtenir un excellent ski.

Mais restons-en à la consistance de l’eau, car elle n’est pas identique partout. Et pas non plus dans toutes les succursales Stöckli. C’est là qu’intervient Thömse. Il analyse et contrôle la composition de l’eau et règle les machines en conséquence. Il sait exactement ce qu’il en est. Il sait si ça va ou si ça ne va pas. «On l’entend. On entend si tout se passe bien», ajoute-t-il. Comment le sait-il? «Je pense que c’est mon expérience. Je travaille pour Stöckli depuis près de 30 ans. À un moment donné, ce sont des choses qu’on entend.

Bien sûr, mon expérience dans certaines fonctions m’a aidé à acquérir de telles connaissances.» Mais ce ne sont certainement pas 30 ans dans un bureau. Thömse n’a jamais travaillé au bureau. Il voyageait partout, dans le monde entier. Au début, Thömse a commencé chez Stöckli comme apprenti fabricant de skis, il avait 28 ans. «À ce moment-là, j’ai décidé de commencer un deuxième apprentissage. C’était un peu spécial au début et j’étais de loin l’apprenti le plus âgé, j’ai donc dû m’y faire.» Malgré toutes les difficultés initiales, il termine son apprentissage avec mention d’honneur. Il passe ensuite quelques années dans la manufacture Stöckli, les succursales et leur atelier, avant d’entamer sa carrière en Coupe du monde, cela en tant que serviceman pour divers athlètes Stöckli. Durant 10 ans. Il commence avec Urs Kälin, devient ensuite serviceman personnel de Fabienne Suter, qui remporte trois courses de Coupe du monde et obtient plusieurs tops 10. Il s’occupe aussi des skis de Viktoria Rebensburg ou de Tina Maze. «Ces 10 années ont été incroyables, j’ai parcouru le monde entier – été comme hiver – et j’ai pu vivre d’innombrables beaux moments et acquérir de nombreuses expériences.» Ces expériences ont ensuite joué un rôle important lorsqu’il était responsable assurance qualité et, aujourd’hui, en sa qualité de responsable du service des skis. «Le savoir-faire acquis en compétition a été extrêmement précieux pour moi et m’a énormément aidé.»

Et c’est précisément ce savoir-faire qu’il transmet jour après jour aux collaborateurs du service des skis de Stöckli. Que ce soit dans les succursales, les centres de location et de service ou à la manufacture: Thömse soutient, informe et conseille partout où il peut. L’univers du ski n’a plus aucun secret pour lui. «Nous sommes une équipe, une entreprise. Je ne servirais à rien si je ne partageais pas mes expériences. Parce que, finalement, je veux que nous bénéficions tous, ici, de conditions préalables idéales à la préparation parfaite des skis.»

Ainsi, Thömse ne se contente pas d’affûter les skis et de planifier lui-même tous les programmes d’affûtage sur les machines. Il enseigne également les subtilités du service des skis à tous les collaborateurs, afin qu’ils connaissent les moindres détails de ce qui est important. «C’est une chose que j’aime faire et à laquelle j’attache beaucoup d’importance.»

Toutefois, il n’a pas encore renoncé complètement à la compétition. Il suit chaque course et, à la succursale Stöckli de Cham, il s’occupe des courses des jeunes et affûte également leurs skis. Il se rend aussi de temps à autre à une course de Coupe du monde et profite d’y représenter Stöckli. Il a une préférence pour les courses féminines de Garmisch-Partenkirchen, car il y rencontre encore beaucoup de gens de l’époque où il était serviceman.

 

 

Plus de News

Toutes les News
31/05/2022

ELLE A TOUJOURS LE DERNIER MOT

Une fois que les skis sont poncés, mis en paires et rectifiés, ils sont prêts à partir sur les pistes… ou en tout cas on pourrait le penser. Mais les choses ne se passent pas exactement de cette manière. Avant d’être libérés, les skis sont examinés encore une fois à la loupe et les dernières étapes de la production sont effectuées. C’est Vreni Wobmann, 51 ans, responsable de l’équipe de contrôle de la qualité, qui a le dernier mot.

En savoir plus
04/05/2022

LES DEUX FONT LA PAIRE

Il a déjà uni des milliers de couples et leur nombre augmente chaque jour. Il ne s’agit pas ici d’un célébrant de mariage ou d’un thérapeute de couple, mais de Thomas Hänsli, 42 ans, qui est chargé chez Stöckli de trouver à chaque ski son jumeau.

En savoir plus