2022-02-13

UN BRIN D’ESPIÈGLERIE ET BEAUCOUP DE GRATITUDE

Il est actuellement couvert d’éloges dans une surenchère de superlatifs. Marco Odermatt est sous les feux des projecteurs cette saison, ce qui n’a rien d’étonnant vu ses succès. Il a la réputation d’avoir les pieds sur terre et d’être ouvert, auprès de ses fans comme de ses concurrents. Et comment est-il perçu chez Stöckli? À vrai dire, plus ou moins de la même manière. Parce que s’il y a bien une chose qui caractérise Marco, c’est son authenticité!

UN BRIN D’ESPIÈGLERIE ET BEAUCOUP DE GRATITUDE

Beni Matti, chef de course du team Stöckli, se montre catégorique d’emblée: «Marco est un phénomène.» Il est inutile de nous étaler sur ses talents de skieur. Mais sa façon de se jouer régulièrement de la pression est remarquable. Surtout compte tenu de l’attention débordante des médias et des fans. Même les conditions de pistes les plus diverses ne semblent pas l’affecter. L’archétype du flegme, quoi. «C’était déjà l’une des grandes forces de Marco lorsqu’il était plus jeune», se souvient Beni.

Stöckli soutient Marco depuis qu’il a dix ans. À l’époque, on ne pouvait évidemment pas prévoir que sa carrière décollerait aussi vite. Quelques indices le laissaient toutefois présager. «Marco n’a jamais cessé d’évoluer, il progressait d’année en année, à la fois en termes de technique de ski et en tant que personne.» Il apparaît sur tous les radars au plus tard après son cinquième titre aux Championnats du monde juniors de Davos.

Lorsque les choses avancent vite, cela signifie aussi qu’il faut apprendre vite. Marco prend très volontiers des décisions et il est rare qu’il se perde dans des détails. Ces traits de caractère sont bien sûr très utiles à toute l’équipe. «Et Marco est futé.» Ce qui ne cadre pas vraiment avec le métier dont il rêvait enfant, à savoir Saint-Nicolas. Il faut dire que cette analyse de Beni Matti se réfère en premier lieu aux pistes de ski. «Le tracé de Marco relève parfois de l’impossible», explique-t-il. «Mais quand cette prise de risque paie, il est évidemment extrêmement rapide.» Toujours tenter autre chose, tester de nouvelles variantes, c’est l’un des traits distinctifs de Marco Odermatt. Même en dehors des pistes, il a un petit côté espiègle. Il n’hésite pas à fêter dignement ses succès. «Peut-être pas chacun au fur et à mesure cette saison, sinon il ne serait quasiment plus en état de skier», s’esclaffe Beni Matti. Une plaisanterie avec le serviceman par-ci, une petite blague entre coéquipiers par-là. Avec Marco, la bonne humeur est garantie.

Modeste comme il l’est, il prétend ne pas être bon à grand-chose en dehors du ski. Son attitude sympathique et le fait qu’il ne prenne pas la grosse tête font également l’unanimité chez Stöckli, où l’enthousiasme et la fierté sont grands. Marco n’apprécie pas moins la collaboration et se montre extrêmement reconnaissant. «Odi tient à prendre régulièrement le temps de discuter de tout et de rien avec les servicemen et l’encadrement», explique Ivo Zihlmann, serviceman et testeur de skis chez Stöckli. Et les conversations ne tournent pas seulement autour du ski. Marco exprime aussi sa gratitude à toute l’entreprise. Le meilleur exemple: après la saison dernière, il a fait la surprise aux collaboratrices et collaborateurs de la manufacture et du siège de leur apporter les croissants pour la pause du matin. Tout le personnel a adoré! Et se réjouit sans doute déjà à la perspective de sa prochaine visite.

Plus de News

Toutes les News
31/05/2022

ELLE A TOUJOURS LE DERNIER MOT

Une fois que les skis sont poncés, mis en paires et rectifiés, ils sont prêts à partir sur les pistes… ou en tout cas on pourrait le penser. Mais les choses ne se passent pas exactement de cette manière. Avant d’être libérés, les skis sont examinés encore une fois à la loupe et les dernières étapes de la production sont effectuées. C’est Vreni Wobmann, 51 ans, responsable de l’équipe de contrôle de la qualité, qui a le dernier mot.

En savoir plus
04/05/2022

LES DEUX FONT LA PAIRE

Il a déjà uni des milliers de couples et leur nombre augmente chaque jour. Il ne s’agit pas ici d’un célébrant de mariage ou d’un thérapeute de couple, mais de Thomas Hänsli, 42 ans, qui est chargé chez Stöckli de trouver à chaque ski son jumeau.

En savoir plus