2020-12-14

Martin Cater gagne en descente

La deuxième victoire de la saison est en poche pour Stöckli en Coupe du monde. Martin Cater remporte la descente de Val-d’Isère et écrit un nouveau chapitre de la belle histoire des athlètes slovènes membres du team Stöckli.

Martin Cater gagne en descente

Le trio descente/skis Stöckli/athlètes slovènes continue de faire des étincelles. Après Tina Maze, Andrej Jerman, Bostjan Kline et Ilka Stuhec, qui ont tous remporté au moins une course dans cette configuration, c’était aujourd’hui au tour de Martin Cater d’ajouter son nom à ce magnifique tableau. Le skieur slovène, qui fêtera ses 28 ans le 20 décembre, s’est offert un joli cadeau d’anniversaire avec un peu d’avance. Parti avec le dossard 41, il a surpris tous ses concurrents, ainsi que de nombreuses chaines TV qui avaient déjà rendu l’antenne, et bien évidemment lui-même. Il a devancé tout le monde avec son chrono de 2:04,67, pour remporter sa première victoire en Coupe du monde sur la piste Oreiller-Killy de Val-d’Isère.

 «J’étais conscient d’avoir réalisé une bonne course, mais je ne rêvais en tout cas pas d’une victoire. J’y croirai peut-être une fois de retour à l’hôtel», déclarait le Slovène dans l’aire d’arrivée. Dans son plan de course, il espérait ne pas perdre trop de temps face aux plus rapides dans la section de glisse sur le haut, en sachant qu’il pouvait ensuite s’élever au niveau des meilleurs et tenir le rythme dans les grandes courbes menant à l’arrivée. Martin Cater: «Je savais que j’en étais capable, mais je n’avais pas encore réussi à le prouver jusqu’à ce jour.» Papa d’une petite Lana depuis trois mois, il est chez les hommes le troisième athlète slovène à remporter une descente de Coupe du monde après Andrej Jerman (Garmisch/2007, Bormio/2009) et Bostjan Kline (Kvitfjell/2017).

La joie était bien sûr immense pour Beni Matti, le chef de course de Stöckli, qui se félicitait de voir Martin Cater appliquer en course ce qu’il a si souvent montré aux entrainements. Matti nous a expliqué un peu plus en détail les circonstances de ce week-end: «Martin n’a pas eu de chance dans le super-G de samedi. Après une longue interruption de course, la FIS n’a pas envoyé d’ouvreur malgré les chutes de neige et notre athlète était le premier à s’élancer dans la foulée. Il n’a pas mal skié, mais impossible de faire mieux que sa 43e place dans ces conditions. Je suis vraiment heureux qu’il ait si bien su faire face à l’adversité, pour décrocher cette incroyable victoire le jour suivant.»

Marco Odermatt a de son côté conclu ce premier week-end de vitesse de l’hiver avec une 13e place en Super-G et une 30e en descente.

Plus de News

Toutes les News
31/05/2022

ELLE A TOUJOURS LE DERNIER MOT

Une fois que les skis sont poncés, mis en paires et rectifiés, ils sont prêts à partir sur les pistes… ou en tout cas on pourrait le penser. Mais les choses ne se passent pas exactement de cette manière. Avant d’être libérés, les skis sont examinés encore une fois à la loupe et les dernières étapes de la production sont effectuées. C’est Vreni Wobmann, 51 ans, responsable de l’équipe de contrôle de la qualité, qui a le dernier mot.

En savoir plus
04/05/2022

LES DEUX FONT LA PAIRE

Il a déjà uni des milliers de couples et leur nombre augmente chaque jour. Il ne s’agit pas ici d’un célébrant de mariage ou d’un thérapeute de couple, mais de Thomas Hänsli, 42 ans, qui est chargé chez Stöckli de trouver à chaque ski son jumeau.

En savoir plus