2022-01-04

Hôte, testeur de produits et fan de sport

1991. Ce chiffre correspond à l’année de naissance de l’auteur de ce texte. Cela correspond à un tiers de siècle, à une époque où les skis de carving n’existaient pas encore et où Internet n’en était qu’à ses balbutiements. C’est aussi l’année lors de laquelle John Koller est devenu gérant de succursale chez Stöckli et responsable de la mise en place d’une telle structure. Aujourd’hui encore, John est à la fois hôte, fan de sport et gérant de la succursale de Wil (SG), toujours aussi passionné par ce qu’il fait.

Hôte, testeur de produits et fan de sport

Voilà déjà 30 ans qu’il est gérant de succursale chez Stöckli. Il a vécu beaucoup de choses, réalisé beaucoup de choses, organisé beaucoup de choses et fait bouger les choses, et il continue sur la même voie aujourd’hui encore. John n’aime pas l’inertie, il est actif, engagé, met du cœur à l’ouvrage, aime se retrouver avec les gens, est toujours aimable, prévenant et positif, il apprécie la vie de famille et, en plus de tout cela, c’est un passionné de sport. Qu’il s’agisse de courses de ski, de ski de fond, de tennis, de hockey sur glace, de football ou de motocross, il suit volontiers tous les sports, il en a essayé et pratiqué de nombreux lui-même et en connait un bout sur tous ceux-ci.

John est fan de sport jusqu’au bout des ongles et il vit sa passion depuis son enfance. Non seulement dans sa vie privée, en adhérant à divers clubs, en organisant et en participant à divers événements sportifs et en essayant différentes disciplines, mais aussi dans sa vie professionnelle. «En fait, j’ai appris le métier de mécanicien en machines agricoles. J’ai exercé ce métier pendant quelques années, puis j’ai changé pour un magasin de sport. Là, j’étais durant 10 ans responsable de l’atelier et de la vente.» Il est ensuite passé chez Stöckli en 1989, exactement à l’ouverture de la succursale de Wil à l’époque.

La date de fondation de la succursale correspond en quelque sorte à la date d’entrée de John chez Stöckli, une situation qui a inévitablement créé des liens. «J’ai participé aux débuts de la succursale de Wil et j’ai contribué à sa création et à sa promotion. Aux côtés de ma famille, le magasin est toute ma vie. Même si elle appartient à l’entreprise Stöckli, la succursale est pour moi comme ma propre entreprise, elle et les collaborateurs sont très importants pour moi. J’en suis responsable et je fais de mon mieux chaque jour.»

John donne littéralement le meilleur de lui-même, ses tâches en tant que gérant de succursale sont en effet particulièrement exigeantes et variées. Celles-ci dépassent souvent le cadre d’une journée de travail normale, même si lui-même n’en fait pas tout un plat: «Ma tâche principale est juste de veiller à ce que le magasin fonctionne et que les clients se sentent bien». Mais il y a évidemment beaucoup de travail qui se cache là derrière. Gestion, planification et formation du personnel, entretiens avec les collaborateurs et collaboratrices, conseils à la clientèle, compétition, bootfitting, sponsoring: il n’y a rien que John ne fasse pas, il n’y a rien dont il ne soit pas au courant dans sa succursale.

C’est ainsi qu’il connait par cœur tous les produits Stöckli et tout l’assortiment des autres marques, il a déjà tout essayé et testé. Il explique: «Je ne veux pas vendre quelque chose que je ne connais pas ou ne comprends pas. Si un nouveau ski ou un nouveau produit arrive dans notre assortiment, je l’essaie.» John a donc essayé et testé une montagne de nouveaux produits au cours des déjà 30 années passées à la tête de la succursale, et il continue et continuera de la même façon aujourd’hui et à l’avenir. «Je me mettrais même au golf si nous avions tout à coup des produits de golf dans notre assortiment. Tout simplement pour en savoir un peu plus sur ce que nous vendons dans notre magasin.»

John est un homme d’action, mais aussi, peut-être en raison de son métier d’origine, un artisan. Essayer un produit est donc une chose, mais savoir comment il est fabriqué et comment il fonctionne en est une autre. John a ainsi déjà travaillé un mois dans la manufacture de skis Stöckli à Malters, là où les fameux skis suisses voient le jour. «Je voulais juste savoir comment cela fonctionnait exactement. Je voulais comprendre tout ce qui se trouve dans nos skis, comment se déroulent les processus, qui fait quoi et comment.»

On perçoit bien qu’il n’y a pas de demi-mesure chez John, pas de compromis. S’il fait quelque chose, il le fait bien, ou alors il ne le fait pas. À ses clients, ou «ses hôtes» comme il les appelle, il souhaite offrir le meilleur service possible. «Pour moi, tous nos clients sont des hôtes. Nous leur offrons l’hospitalité et je veux qu’ils se sentent bien, qu’ils soient pris en charge de la meilleure manière possible. Comme quand on va au restaurant.»

Il n’est donc pas étonnant que nombre de ses clients retrouvent régulièrement le chemin de la succursale de Wil, et ce depuis des années. Ils apprécient John et son équipe, ils leur font confiance. «C’est un plaisir pour moi de voir que beaucoup de nos clients reviennent. Je sais alors que nous avons fait du bon travail, de manière correcte.»

Faire du bon travail, de manière correcte, c’est en fin de compte tout ce que souhaite John au quotidien, et cela ne peut se faire qu’avec beaucoup de cœur, d’engagement et de dévouement. Ce qui nous amène à nous demander pour conclure: quel est le prochain produit que John va tester?

Plus de News

Toutes les News
31/05/2022

ELLE A TOUJOURS LE DERNIER MOT

Une fois que les skis sont poncés, mis en paires et rectifiés, ils sont prêts à partir sur les pistes… ou en tout cas on pourrait le penser. Mais les choses ne se passent pas exactement de cette manière. Avant d’être libérés, les skis sont examinés encore une fois à la loupe et les dernières étapes de la production sont effectuées. C’est Vreni Wobmann, 51 ans, responsable de l’équipe de contrôle de la qualité, qui a le dernier mot.

En savoir plus
04/05/2022

LES DEUX FONT LA PAIRE

Il a déjà uni des milliers de couples et leur nombre augmente chaque jour. Il ne s’agit pas ici d’un célébrant de mariage ou d’un thérapeute de couple, mais de Thomas Hänsli, 42 ans, qui est chargé chez Stöckli de trouver à chaque ski son jumeau.

En savoir plus