2023-01-09

Marco Odermatt en démonstration au Chuenisbärgli

35'000 spectateurs souhaitaient voir Marco Odermatt triompher samedi au Chuenisbärgli et le phénomène nidwaldien ne les a pas déçus dans l’Oberland bernois. Entre-temps, les médias autrichiens cherchent eux aussi des superlatifs pour décrire de manière adéquate l’athlète du team Stöckli.

Marco Odermatt en démonstration au Chuenisbärgli

La journée du 7 janvier 2023 marquait le retour du champion à l’endroit où il avait remporté sa victoire la plus significative, et peut-être la plus importante, de l’hiver 2021/22. Gagner la course au Chuenisbärgli était l’un de ses objectifs majeurs de la saison passée. La pression accumulée – tant intérieure qu’extérieure – lui avait alors fait monter les larmes aux yeux sur le télésiège le menant au départ de la deuxième manche. Cette année, la répétition de cette grande victoire était à l’ordre du jour sur la mythique piste d’Adelboden. Et si la pression extérieure n’a pas diminué, celle venant de l’intérieur était maitrisée. Marco Odermatt s’est mis au travail dans l’Oberland bernois dans des conditions différentes et a même pu apprécier à fond le moment présent. Il savait que sa forme, son matériel et sa technique étaient au point et qu’il avait déjà battu tout le monde sur cette terrible piste. Fort de cette confiance, un sourire est même apparu sur son visage lors de la remontée en télésiège vers le départ.

L’athlète de 25 ans a donc de nouveau livré la marchandise, et avec la manière s’il vous plait. En signant le meilleur temps sur les deux tracés, Marco Odermatt a distancé de 0,73 seconde son dauphin, le Norvégien Henrik Kristoffersen, qui a pourtant attaqué à fond pour contrer le Suisse. Dans le pays, les médias sont déjà à court de superlatifs pour décrire les performances et les résultats d’Odermatt. Et en Autriche, traditionnellement grande rivale de la Suisse quand on parle de ski, les choses vont dans la même direction: après cette sixième victoire de la saison de la part du phénomène «Odi», on pouvait lire dans la presse voisine des témoignages comme «une démonstration de force» ou que le jeune homme «vient d’une autre planète».

«J’étais vraiment à la limite et tout aurait pu mal se passer à deux ou trois reprises», déclarait Odermatt à propos de sa deuxième manche. En effet, le Nidwaldien a commis deux fautes qui auraient pu être fatales à un autre coureur. Mais le jeune champion est actuellement incroyablement confiant sur ses skis et a la certitude que son matériel – même s’il en change entre les manches – fonctionne à la perfection. Après ces deux alertes sur le tracé, Odermatt n’a pas freiné, bien au contraire. «Je ne voulais d’aucune manière laisser Henrik gagner et j’ai donc continué à mettre les gaz», confessait-il lors d’une interview à la télévision suisse.

Après cette victoire à domicile, Odermatt mène au classement général de la Coupe du monde avec 1046 points. Un total qui lui aurait permis de terminer troisième l’hiver dernier derrière lui-même (1639 points) et Aleksander Aamodt Kilde (1172 points), et devant Henrik Kristoffersen (954 points). Un score incroyable qui ne fait qu’illustrer la domination actuelle du Nidwaldien de 25 ans. Mais il ne s’agit là que d’une des innombrables statistiques qui illustrent la forme et les performances de Marco Odermatt. On note par exemple aussi que, depuis Sölden en octobre 2021, il a terminé tous les slaloms géants de Coupe du monde (13 au total) sur le podium, qu’il est entre-temps devenu champion olympique à Pékin et qu’il ne s’est incliné que devant Loïc Meillard lors des championnats nationaux à St-Moritz. 

En terminant respectivement 12e et 19e de la classique d’Adelboden, le Norvégien Rasmus Windingstad et le Suisse Thomas Tumler prouvaient eux aussi que le matériel fourni par Stöckli fonctionne parfaitement, et cela pas uniquement sous les pieds de Marco Odermatt. Un résultat notable, pour le skieur grison en particulier. L’athlète de 33 ans s’est en effet qualifié pour la deuxième manche sur le Chuenisbärgli, une première pour lui en sept tentatives: «Il était grand temps que je marque des points sur cette piste mythique!»

Soulagement pour Andrea Ellenberger

À Kranjska Gora, où les femmes disputaient deux slaloms géants de Coupe du monde ce week-end, Andrea Ellenberger a vécu plusieurs moments contrastés. La skieuse de Suisse centrale s’est classée 25e lors de la course du samedi et s’est qualifiée de justesse pour le deuxième passage le dimanche en terminant 29e de la première manche. Un nouveau classement entre la 20e et la 30e place était donc possible pour la skieuse d’Hergiswil, qui semblait toutefois déçue, car ses attentes étaient plus élevées lors de cette course. Et puis, peu après midi, le film dans lequel l’athlète de 29 ans avait joué le rôle principal il y a un an jour pour jour s’est déroulé presque à l’identique.

À l’époque, la skieuse de Suisse centrale était passée de la 30e à la 13e place lors du slalom géant disputé sur la piste de Podkoren, grâce au deuxième meilleur temps de la 2e manche. Et dimanche dernier, elle a de nouveau fait un bond de 17 places dans le classement pour terminer à la 12e place, un grand soulagement pour la skieuse du team Stöckli. «Je suis hyper contente, cela fait un bien fou. Je doutais avant la deuxième manche et je ne savais pas ce que je devais changer ou faire différemment. Je savais que le deuxième tracé (piqueté par son entraineur Heini Pfitscher, NDLR) me conviendrait mieux, car il était un peu plus tournant. Mais le fait que cela se soit passé de cette manière me soulage énormément.» Lors de la deuxième manche, Andrea a réussi à transformer sa déception et sa colère en agressivité et en performance pour signer un résultat de premier choix.

Coupe d’Europe

En Coupe d’Europe, les spécialistes de la vitesse étaient à l’œuvre sur le tracé du Lauberhorn. Deux super-G ont eu lieu entre le départ original de la descente et le point de passage «Wasserstation». Alexis Monney, deuxième, s’est assuré pour la première fois un podium à ce niveau, lors de ce que l’on peut considérer comme la répétition générale des courses de Coupe du monde à venir. Âgé de 23 ans depuis dimanche dernier, Monney fait partie de la sélection de Swiss-Ski pour les courses de Coupe du monde de Wengen et participera au premier entrainement de descente mardi (10 janvier) sur le Lauberhorn.

Le Lauberhorn a également souri à Marco Kohler, acolyte de Marco Odermatt. Sur la piste où il s’était détruit le genou gauche il y a deux ans, l’athlète de Haslital a décroché un nouveau résultat dans le top 10 après St-Moritz en décembre (9e). Le skieur de 25 ans a terminé les deux Super-G aux places 8 et 13.

Plus de News

Toutes les News
19/07/2023

Built For Perfection: Interview avec Marco Odermatt

Manufacturés en Suisse, distribués dans le monde entier: Les skis Stöckli. Environ 80 collaborateurs et collaboratrices produisent plus de 70'000 paires par an. La marque lance aussi parfois des skis spéciaux, appelés Special Edition, disponibles en série limitée et seulement sur une courte période. Un modèle Special Edition a également été conçu et développé pour la saison à venir, cette fois-ci avec le concours d’un athlète de la marque. L’entretien avec Marco Odermatt, vainqueur du classement général de la Coupe du monde, double champion du monde et champion olympique, fournit plus d’informations à ce propos.

En savoir plus
20/04/2023

TOUT LE MONDE SUR STÖCKLI

Plus de 2000 skieurs et skieuses ont participé au 2e festival du ski Stöckli le samedi 15 avril 2023 à Engelberg-Titlis. Il y avait des skis Stöckli partout et d’innombrables visages souriants, le tout agrémenté de discussions passionnantes et de rencontres captivantes avec les athlètes de la marque, dans l’enceinte du festival et sur les pistes. Cette année également, le festival du ski Stöckli a été une réussite sur toute la ligne.

En savoir plus